Accueil
Présentation de la paroisse
Horaires des Messes et Permanences
Vie de la Paroisse
Catéchèse et jeunes
Les sacrements
Mouvements d'Action Catholique
Services Fraternels
Vie matérielle
Quelques lectures
Bulletin paroissial
Liens
Accès réservé
Contact

Paroisse Saint-Gildas de la Mer - église Sainte-Anne de Tharon

21ème dimanche du Temps Ordinaire – 26 août 2018

 

 

Aujourd’hui, choisissons le Christ

 

Le temps des choix

 

Après ce temps estival beaucoup ont déjà repris le chemin du travail ou de la vie ordinaire, d’autres les feront dans les jours à venir. Même s’il n’y pas pour d’autres d’entre nous de changement caractérisé, notre rythme de vie a tout de même été un peu

modifié au cours de l’été ne serait-ce que par la température. Alors, n’aurions-nous pas tous à nous demander : quels choix allons-nous faire pour qu’en ce temps de reprise et dans les mois à venir notre vie quotidienne soit meilleure, avec encore un plus grand souci des autres, un plus grand désir d’une vie spirituelle plus profonde, d’un témoignage plus fort, plus explicite de notre foi ? La Parole de Dieu de ce jour nous y invite. Réentendons là. Elle nous rappelle que certains de nos prédécesseurs dans la foi ont fait des choix décisifs, dont nous leurs sommes maintenant redevables.

 

La première lecture a évoqué une étape importante de la vie du peuple de Dieu. Josué, celui qui avait fait entrer le peuple de Dieu dans la terre promise et toujours chargé de le guider, voyait bien que tout le monde était tenté par les facilités du paganisme ambiant. D’autant plus que ce petit peuple avait déjà montré bien des fois dans le désert sa fragilité et son infidélité.  C’est pourquoi Josué décide de réunir tout le monde, toutes les tribus au grand complet. Il leur propose de faire une « profession de foi solennelle » pour dire leur volonté de continuer leur chemin avec le Dieu qui les a libérés. Le choix que Josué leur proposait était très simple : «  S’il ne vous plaît pas de servir le Seigneur, choisissez aujourd’hui quels dieux vous voulez servir … moi et les miens nous voulons servir le Seigneur. » Et confrontés à ce vrai défi, les hébreux ont accepté avec enthousiasme de suivre le Seigneur : « Nous voulons servir le Seigneur, car c’est lui notre Dieu. »

 

Chrétiens aujourd’hui nous ne sommes plus dans un monde qui nous porte aisément vers le Christ. Même en vivant notre foi chrétienne au cœur de l’Eglise nous pouvons être fortement troublés par les comportements de certains de nos frères, tout particulièrement de ceux qui devraient être pour tous des guides spirituels exemplaires. Nous risquons, comme les hébreux au temps de Josué, de perdre pied et d’être tentés de s’éloigner du Christ et de son Eglise. Face à de tels risques ne restons pas seuls. Quelques bons échanges avec des frères avisés, quelques bonnes conversations autour d’une table d’amis ou dans l’une ou l’autre des rencontres proposées, sans parler de temps de réflexion et de bonnes lectures personnelles peuvent être très utiles, en ces temps agités, pour nous aider à faire courageusement les bons choix. Oui c’est le temps des choix. Mais quels sont les choix qu’il nous faut faire ?

 

A qui irions-nous ?

L’Evangile d’aujourd’hui nous met aussi face au choix fondamental de nos vies. Quand Jésus a essayé de préparer la foule au mystère de l’Eucharistie et du Pain de vie, plusieurs se sont écriés : « Cette parole est rude ! Qui peut l’entendre ? »  Aussi Jésus a posé à ses disciples une question semblable à celle de Josué : « Voulez-vous partir, vous aussi ? » Jésus a mis chacun de ses disciples face à sa liberté ! Et Pierre avec les autres disciples décidèrent de continuer à suivre le Christ : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle ». Cette belle réponse de Pierre au nom des autres disciples n’était sans doute pas indifférente à ce que Jésus venait aussi de leur dire : « … personne ne peut venir à moi si cela ne lui est pas donné par le Père. » Par tout l’enseignement reçu du Seigneur, fortement marqués par le départ tout récent de certains disciples qui ne supportaient plus ce que Jésus leur annonçait, les apôtres comprirent que suivre le Christ ne serait jamais réellement facile. Ils perçurent clairement que des obstacles se lèveraient sur leur route, des obstacles surgissant de l’extérieur comme de l’intérieur de cette Eglise que le Christ fondait et remettait entre leurs mains. Ils comprirent que suivre le Christ était un ‘don du Père’. Ils perçurent au matin de la Pentecôte que l’Esprit leur serait toujours donné pour aller de l’avant, poursuivre la route même devant les plus grands obstacles. C’est cette certitude, même encore imprécise, qui leur fit dire : « Seigneur à qui irions-nous ? »      

 

Frères et sœurs, en ces jours, au cœur de notre Eglise Catholique fortement éprouvée, n’entendrions-nous pas le Christ nous poser la même question : « Quel choix allez-vous faire ? Devant ce péché si grave, ces crimes enfin dévoilés de certains frères chrétiens, ministres ordonnés pour donner le Christ au monde et servir leurs frères, allez-vous me quitter vous aussi. ? »  Certains malheureusement ont déjà pris ce chemin. Est-ce bien celui qu’il faut prendre ? Le Pape François vient de nous adresser à tous une lettre forte dénonçant à nouveau tous ses abus sexuels. Il en appelle à nous tous. Il nous demande à tous, qui que nous soyons, de nous ressaisir, de changer nos comportements, d’être très vigilants : « L’ampleur et la gravité des faits exigent que nous réagissions de manière globale et communautaire. » écrit-il. Il va nous falloir redoubler encore de vigilance, faire davantage. Il écrit encore : « Il est nécessaire que chaque baptisé se sente engagé dans la transformation ecclésiale et sociale dont nous avons tant besoin. » Il nous invite à la « pénitence et au jeune ». Il nous invite à retrouver le vrai chemin de l’Evangile qui respecte totalement les petits et les pauvres, les faibles et les plus vulnérables tout particulièrement les enfants et les jeunes. En ce temps de grandes souffrances qui met au grand jour nos pauvretés humaines, celles-ci et bien d’autres encore, le Christ nous invite à le choisir plus fortement que jamais. Il nous invite à lui redire : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. »

 

Que la force qu’il nous donne ce matin en venant écouter sa Parole et communier à son Pain de Vie nous aide à « Choisir la Vie » à  « Choisir le Christ » !

Qu’ensemble, nous aidant et nous soutenant les uns les autres dans la foi et l’espérance, nous devenions de plus en plus fidèles à l’Evangile !

Qu’ensemble nous nous laissions guider, davantage encore,  non pas par nos désirs aussi violents qu’ils puissent êtres, mais par une très grande maîtrise de soi-même qui n’est possible qu’en laissant l’Esprit Saint, l’Esprit du Père, nous animer en profondeur.

Oui, ce matin, en ce temps d’épreuve de l’Eglise, redisons au Christ : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. »

 

Monseigneur Lucien Fruchaud

Evêque émérite de Saint Brieux Tréguier

Tharon, le 26 août 2018

 

Jos 21,1-2a.15-17.18b

Ps 33

Ep 5, 21-32

Jn 6, 60-69

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

 

En ce temps-là,
Jésus avait donné un enseignement 
dans la synagogue de Capharnaüm.
    Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, déclarèrent : 
« Cette parole est rude ! 
Qui peut l’entendre ? » 
    Jésus savait en lui-même 
que ses disciples récriminaient à son sujet. 
Il leur dit : 
« Cela vous scandalise ? 
    Et quand vous verrez le Fils de l’homme 
monter là où il était auparavant !... 
    C’est l’esprit qui fait vivre, 
la chair n’est capable de rien. 
Les paroles que je vous ai dites sont esprit 
et elles sont vie. 
    Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. » 
Jésus savait en effet depuis le commencement 
quels étaient ceux qui ne croyaient pas, 
et qui était celui qui le livrerait. 
    Il ajouta : 
« Voilà pourquoi je vous ai dit 
que personne ne peut venir à moi 
si cela ne lui est pas donné par le Père. » 

    À partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en retournèrent 
et cessèrent de l’accompagner. 
    Alors Jésus dit aux Douze : 
« Voulez-vous partir, vous aussi ? » 
    Simon-Pierre lui répondit : 
« Seigneur, à qui irions-nous ? 
Tu as les paroles de la vie éternelle. 
    Quant à nous, nous croyons, 
et nous savons que tu es le Saint de Dieu. »

 

    – Acclamons la Parole de Dieu.

 

 

 

 

Homélie Monseigneur Fruchaud aout 2018
 
Homélie Monseigneur Fruchaud aout 2018