Accueil
Présentation de la paroisse
Horaires des Messes et Permanences
Vie de la Paroisse
Catéchèse
Jeunes
Les sacrements
Mouvements d'Action Catholique
Services Fraternels
Vie matérielle
Quelques lectures
Bulletin paroissial
Liens
Accès réservé
Contact

Paroisse Saint-Gildas de la Mer - Eglise de la Plaine sur Mer

27ème dimanche du Temps Ordinaire - 4 octobre 2015

 

Cet évangile, nous le connaissons bien, nous l’entendons de temps à autre dans les célébrations. Cette séquence de l’évangile se situe dans un moment difficile de la vie publique de Jésus. Les pharisiens très agacés par les discours que Jésus adressait aux foules qu’il rassemblait, très perplexes devant les miracles qu’il opérait en grand nombre, cherchaient à le prendre en défaut par rapport à la loi de Moïse pour le condamner et le mettre à mort. Ce jour là ils l’interpellent sur le divorce. « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? » Après quelques

échanges avec ses contradicteurs sur ce qui est écrit dans la loi de Moïse, dans sa réponse, le Christ va réaffirmer la grandeur du mariage entre un homme et une femme en rappelant ce que Dieu a fait lors de la création : « Au moment de la création Dieu les fit homme et femme. A cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair. … Ce que Dieu a uni que l’homme ne le sépare pas ! »

 

Ce passage d’évangile se veut éclairant pour chacune de nos vies, que nous soyons jeunes ou adultes. Il est donc important que nous prenions du temps pour le recevoir car il nous réinterroge sur une question fortement débattue aujourd’hui dans nos sociétés et qui engendre des divisions et des conflits, des orientations, des comportements et parfois des votes de lois qui sont contraires à la loi de la nature inscrite au plus profond de l’homme parce qu’elle était au cœur de la création voulue par Dieu.

 

Ce passage de l’Evangile va être sous-jacent à toutes les questions qui seront abordées ce mois-ci par les évêques réunis depuis hier au soir autour du pape François pour réfléchir à ce que deviennent aujourd’hui le couple et la famille ; pour redonner espérance a beaucoup de couples et de familles entières que la vie a profondément éprouvées, bouleversées, déstabilisées. Tout en rappelant que ce que Dieu unit seule la mort peut le séparer le pape François ne cesse de nous redire que la miséricorde de Dieu est sans limite et que l’Eglise se veut révélatrice de l’amour de Dieu au cœur de tout homme quelles que soit ses difficultés de vie et même ses ruptures parfois bien douloureuses. Il nous faut beaucoup prier pour les évêques qui rentrent en Synode afin qu’ils se laissent bien éclairer et conduire par l’Esprit-Saint.

 

Sans préjuger du contenu des recherches, échanges, débats qui auront lieu au Vatican, à Rome, dans les jours prochains ; sans connaître les orientations pastorales que le Pape François nous donnera dans l’Exhortation Apostolique qui suivra ce synode des évêques venus du monde entier, nous pouvons nous redire ce qui est fondamental et qui sera souligné très certainement à nouveau :

. l’importance du mariage entre un homme et une femme, sa grandeur, sa dignité,

son indissolubilité ;

. l’importance de la famille comme lieu d’existence et de croissance des enfants dans l’harmonie et l’amour.

 

En ces temps de grande déstabilisation, notre monde a plus que jamais besoin de personnes qui ont une haute idée de l’amour et du mariage. C’est d’autant plus nécessaire que beaucoup de médias nous en parlent d’une manière absolument erronée. Chrétiens nous avons le devoir de réaffirmer, dans le respect le plus réel de la constitution personnelle de chacun, mais avec fermeté, que le mariage ne peut être réellement envisagé que comme l’union d’un homme et d’une femme. Aucune loi humaine, dans un aucun pays, même si elles deviennent juridiquement légales à la suite de votes parlementaires, ne pourra venir changer la nature même de cette institution qui, dans le Christ, à trouvé sa pleine dimension. En effet, toujours dans le Christ, cette union est devenue un sacrement qui est signe de l’amour qui existe entre le Père et le Fils et qui s’accomplit dans l’Esprit-Saint.

 

En ces temps de grande déstabilisation, chrétiens, nous avons aussi le devoir de réaffirmer qu’un enfant a besoin d’un père et d’une mère qui l’aident à grandir dans l’amour le plus authentique possible. Sa croissance humaine et spirituelle en dépend. Nous sommes les témoins des grandes souffrances des enfants qui ignorent qui est leur père, qui sont ballotés entre un papa et une maman séparés, remariés assez souvent. Nous le savons bien les déchirures sont parfois tellement profondes que les ruptures deviennent inévitables pour le bien de chacun, mais quelle souffrance de part et d’autre. Il se peut que certains parmi vous vivent ces souffrances ou en sont les témoins dans leurs propres familles. Il faut nous redire que Dieu continue de nous aimer.

Nous avons le devoir de porter dans notre prière ces couples qui se séparent et les enfants qui vivent ces déchirures de leurs propres parents. Les uns et les autres ont besoin du soutien, de l’accueil compréhensif et du témoignage de toute la communauté chrétienne à la suite et à l’exemple du Christ.

 

Mais il nous faut inviter les couples à ne pas vivre isolés. Ils ont besoin de se grouper pour résister aux vents d’une civilisation qui perd très vite ses repères. Dans les travaux préparatoires des évêques pour se préparer à ce synode sur la famille l’une des questions portait bien sur la préparation au mariage et le soutien à apporter aux couples mariés.

 

Le sujet abordé dans l’évangile de ce matin est d'une actualité brûlante. Tout en priant pour les évêques en synode afin qu’ils puissent ensemble réfléchir sur les moyens de redonner l’espérance à tous ceux qui vivent des situations conjugales difficiles voire conflictuelles, redisons-nous que Dieu n’est qu’amour et qu’il veut le plus grand bonheur de tous les hommes quel que soit l’état de vie qui est le leur.

 

Aimer c'est une aventure qui s'appuie sur la fidélité de Dieu. L'union de l'homme et de la femme nous dit quelque chose de l'alliance entre Dieu et les hommes. En vivant dans l'amour, le respect et la fidélité, ils témoignent à leur manière d'un Dieu qui aime, qui pardonne et qui se donne. Il est impossible de séparer l'homme et la femme sans dénaturer cette image de Dieu.

 

En ce dimanche des familles nous nous tournons ensemble vers notre Dieu qui est source de tout amour. L'Eucharistie, c'est Dieu qui se donne pour nous faire vivre de son amour à l'intérieur de nos familles et de nos divers lieux de vie. Dieu nous aime tous inconditionnellement quelle que soit notre situation et quels que soient nos torts. Il vient nous chercher là où nous en sommes pour nous inviter à faire un pas de plus sur le chemin de la vie. Que cette bonne nouvelle nourrisse notre espérance et notre prière !

 

Monseigneur Lucien Fruchaud

Evêque émérite de Saint Brieux Tréguier

La Plaine sur Mer, le 4 octobre 2015

 

Homélie Monseigneur Fruchaud octobre 2015
 
Homélie Monseigneur Fruchaud octobre 2015